à propos

TangOdyssée est le support chaque fois réinventé, d’un voyage plus ou moins mouvementé, rempli d’aventures singulières.

‘’Ce n’est pas la manière dont les gens bougent qui m’intéresse mais ce qui les fait bouger’’

Pina Bausch

Nathalie Mann intervient seule, ou rassemble des enseignants passionnés par la transmission de leurs arts, à partir de la conscience corporelle :

Danseuse et voyageuse à plein temps entre le tango argentin et les pratiques somatiques, j’ai à coeur de transmettre des outils qui permettent d’inviter la conscience corporelle et la présence à soi.

Je propose des ateliers sous forme d’explorations sensibles, plutôt que de mouvements qu’il s’agirait de reproduire.
Le but est d’aborder une discipline (de danse ou autre) dans un état de disponibilité et de centrage.

Mes axes et supports :

Le tango argentin

Le Tango Argentin, ou l’art de marcher ensemble, enlacés sur la musique. Cette danse d’improvisation met en jeu une communication fine et sensible. Exprimer clairement une indication, interpréter avec élégance une réponse, la recevoir et donner une nouvelle indication. Les qualités du leader sont essentielles, et s’expriment grâce aux qualités du follower !

Le Tango est une conversation profonde avec soi-même et avec l’autre …/… Il relie l’individu au couple, au groupe, à la musique et aux émotions, ce qui favorise une intégration cognitive, psycho-physique et sociale. La personnalité tout entière interagit alors avec sa propre histoire. Chacun se dévoile dans la sécurité de l’abrazo et dans son caractère éphémère.

Federico Trossero

La danse contact-improvisation

Le Contact-Impro est un terrain de «je» pour expérimenter le moment présent. Retrouver son âme d’enfant, jouer avec la gravité, la pression, le poids, la direction, la réponse, la résistance, l’inertie, …et se laisser danser.
Dans le langage du mouvement, cette danse est une opportunité pour développer un lien à soi-même, à l’autre et à l’environnement, qui nourrit une aptitude à la confiance.

« Le Contact [Improvisation] est une Révolution par le Toucher. C’est une révolution contre la tyrannie du non-toucher. C’est une politique de mouvement de l’intérieur vers l’extérieur, organisant la cassure des codes spatiaux et de la distance entre les gens. Nous connaissons le toucher amoureux, le toucher familial ou amical, mais, de fait, le toucher d’un étranger est laissé aux rencontres hasardeuses dans des lieux bondés, comme le contact entre la paume de ma main et les doigts du caissier remettant la monnaie de mon dollar. S’engager dans une danse et saisir l’opportunité d’éveiller ses sens, d’adoucir sa peau dans tous les coins et recoins d’une personne dont on connaît ou non le nom, de sentir ses habits, de partager ses sueurs, de n’avoir comme relations que ces moments de mouvements partagés dans un contexte non-sexuel, modifie l’être-ensemble social. Nous nous entraînons dans l’art de toucher le sol et de nous unifier avec les forces de la Terre. Nous sentons pleinement nos corps. »

Une révolution par le toucher, Karen Nelson, (traduction Florence Corin), 1996

Les pratiques d’éducation somatiques

Je suis éducatrice somatique formée en Body-Mind Centering®, et cette approche innovante de la santé et du travail corporel imprègne ma façon d’être au monde. Cette pratique somatique est une étude du corps en mouvement et de l’anatomie/physiologie, qui passe par l’expérience, et principalement par des explorations de mouvement et de toucher.

L’éducation somatique invite à sentir, puis à agir à partir du senti / ressenti corporel pour informer le cerveau, en sortant du dictat inverse !

« L’Education Somatique s’engage avec ce qui est train de se vivre, et ce qui a été vécu : permettant aux expériences passées, qui ont laissé leurs traces, et aux nouvelles expériences, qui émergent dans le moment présent, d’être là et d’être intégrées non seulement dans le système nerveux, mais aussi dans les résonances plus larges des émotions et des relations ; trouvant de nouvelles organisations, de nouvelles voies de perception de soi-même et des autres, de nouvelles manières de bouger, de toucher et de s’exprimer.»

Brochure Sparks – Somatic practices, Arts and Creativity for Special Needs

La communication bienveillante

Les attitudes développées grâce à 10 ans de pratique de la CNV (Communication Non Violente selon Marshall Rosenberg), alimentent un cadre bienveillant qui invite à une expression authentique et assertive.

Nous pouvons être honnêtes tout en gardant le lien, nous pouvons prendre soin de nos besoins respectifs tout en tenant compte de ceux des autres.

Avec un peu de pratique, nous pouvons même entendre derrière les critiques et jugements, ce que l’Autre nous partage de ses besoins fondamentaux non satisfaits !

La CNV nous engage à reconsidérer la façon dont nous nous exprimons et dont nous entendons l’autre. Les mots ne sont plus des réactions automatiques, mais deviennent des réponses réfléchies, émanant d’une prise de conscience de nos perceptions, de nos émotions et de nos désirs. Nous nous exprimons alors sincèrement et clairement, en portant sur l’autre un regard empreint de respect et d’empathie.

Marshall Rosenberg, « Les mots sont des fenêtres (ou bien ce sont des murs) »